Ciao Walter Maria

 

Walter Maria de Silva, designer automobile peut-être le plus célèbre au monde, vient de prendre sa retraite à 65 ans après des années de réinvention du style automobile. Remettant au centre de l’attention la ligne du véhicule des années 1990 à ce début de XXI siècle, Walter Maria de Silva mérite bien un petit hommage.

 

Alfa Romeo : « là où mon cœur reste ! » 

 

Le designer italien se fait connaître à la fin des années 1980 avec la prise de direction du design center d’Alfa Romeo. Dans un style radical, inspiré de l’architecture de Renzo Piano (Centre Pompidou, notamment) dont il fut salarié chez I.DE.A (dès 1978 avec Franco Mantegazza) et du design italien de Memphis, le premier prototype signé de son nom, l’Alfa Romeo 164 Proteo Concept de 1991, créa un début d’intérêt du public et des experts pour ses lignes baroques, iconoclastes et futuristes. Un design qui paraît aujourd’hui un peu daté mais qui lui permit de s’affirmer dans le monde restreint des designers automobiles côtés et reconnus. Alfa Romeo alors en plein doute après des années de fastes qui s’achevèrent brutalement au début des années 1990 fait donc confiance à ce nouveau venu et lui confit les clés du futur style tous en courbes sensuelles qui vont faire renaître le phénix italien. Les Spider (1995) inspirés du 164 Proteo Concept et l’autre concept car Nuvola (1996) seront les premières ébauches du nouveau look imposé par ce styliste ambitieux et formidable chef d’équipe. Le succès public vient grâce à la berline 156, pur concentré de sportivité et d’élégance et la petite sœur 147 que les bourgeoises adoptèrent pour chevaucher dans les beaux quartiers.

Au passage, Walter Maria recrée aussi la mode qui caractérise encore aujourd’hui le monde automobile : la calandre. Cet élément de refroidissement du moteur, signe stylistique caractéristique de chaque marque était alors un élément qui n’était plus pris en compte pour identifier une voiture. Seules les Rolls-Royce avec leurs énormes calandres rectangulaires et droites surmontées d’un ange et les BMW avec leurs doubles haricots pouvaient être identifiées grâce à cet appendice. Chez Alfa Romeo, le créateur italien dessine alors une calandre en triangle avec deux formes ovoïdes de chaque côté. Un style qui oblige à déplacer la plaque d’immatriculation sur l’un des côtés mais qui en impose. Les Alfistes peuvent encore le remercier.

 

Entre Single Frame et Salsa Emocion, prise de pouvoir chez Volkswagen

 

 

Recruté en 1999 par Ferdinand Piëch, petit-fils du fondateur de Porsche et big boss du groupe Volkswagen (VAG), ce dernier le place tout d’abord chez Seat, marque espagnole du groupe allemand, alors en plein doute stylistique et commercial. Walter Maria de Silva va alors copier en partie le style en courbes mais de manière plus épurée qui fit son succès chez Alfa Romeo. Son concept car Salsa Emocion de 2000, sorte de SUV coupé 3 portes au gabarit de berline compacte dicte sa nouvelle ligne inscrite sous le thème d’ « auto emocion ». La Leon sera le début du renouveau stylistique et financier de Seat.

Mais Piëch ne compte pas laisser ce talent se contenter de la petite marque du groupe. Il le nomme rapidement directeur du style Audi puis du groupe tout entier. Sous ses ordres, sept marques : Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, seule Porsche semble épargnée par la patte de Silva. Il va alors permettre à plusieurs autres designers d’éclorent tels Wolfgang Egger, Marc Litche ou encore Luc Donkerwolke aujourd’hui chez Huyndai… avant de prendre une retraite bien méritée.

Chez Audi, il reprend sa thématique de la calandre symbole du style identitaire d’une marque avec le Single Frame inspirée des Auto Union (1930), une sorte de rectangle aux bords arrondis s’étirant sur toute la longueur, du capot jusqu’au ras du sol, englobant la plaque d’immatriculation. Les Audi s’épurent avec des lignes fines, parfois quasi rectangulaires mais avec une ligne de toit arrondie (TT, A3, Q5…), se ressemblant les unes les autres, ne changeant que dans de minces détails à chaque nouvelle génération. Un style qui donna un élan sans précédent à Audi qui rivalise aujourd’hui en termes de vente et de prestige avec Mercedes et BMW. La plus parfaite illustration de se style est l’Audi A5, « ma voiture la plus réussie » aux yeux du designer, car rassemblant les fines courbes italiennes et la sobriété allemande. Les lignes intérieures plus difficiles à changer se font très sobres, mais au côté chic avec une finition digne de la réputation allemande en la matière. Toutes les marques VAG proposent des intérieurs un peu tristes, sans fard ni ostentation mais maniables et complets.

 

Gracie mille !

 

Malgré un style passé de l’exubérance latine des Alfa Romeo et Seat aux simplicité et rigidité plus germaniques, de Silva a réussi à donner un coup de crayon identifiable à chaque marque du groupe VAG. Audi avec sa calandre Single Frame ; Volkswagen avec une calandre rectangulaire dans le prolongement des feux, des intérieurs haut de gamme mais tout de noir vêtus, des lignes droites, austères et sans grand charme mais marquant un statut de rigueur ; des Skoda carrées ; des Lamborghini radicales, agressives avec leurs appendices ultra voyants et lignes taillées à la hache dignes d’avions furtifs; Bentley aux lignes plus arrondies et très élégantes pour mieux se dissocier de son rival Rolls-Royce et des Seat au trait moins rondouillard qu’à ses débuts. Des années 1990 très latines, les « années VAG » furent donc placées sous le signe de la simplicité et de la sobriété en opposition avec Chris Bangle (très cours designer chez Fiat et BMW) au dessin provocant avec ses traits torturés, compliqués et pas très agréables à l’œil.

Un bureau de style unique pour tout un groupe automobile, une situation inédite, qui ne devrait pas survivre au roi du design automobile du début de siècle. Walter Maria de Silva a changé le look des voitures mais il pense désormais à changer la mode féminine comme il l’a confié à Stéphane Meunier de l’Automobile Magazine. Un nouveau défit pour cet artiste amoureux des courbes automobiles mais aussi féminines. Gracie mille !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :