Gideon Rubin

 

La galerie Karsten Greve représente depuis quelques années l’Israélien Gideon Rubin et ses petites peintures aux femmes lascives rappelant les photographies de pin-up ou selfies d’actrices. Ces petites figures sont peintes à la va-vite mais de manière très classique sur de simples morceaux de cartons récupérés ou des mini-toiles.

IMG_2458

Né en 1973 et ayant fait ses études entre Londres et New-York, Gideon Rubin est un passionné des vieux albums photos et piochent ses inspirations dans l’univers des stars et de la haute bourgeoisie. On croit reconnaître Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe sortant de la douche, Hugh Grant devant un photocall, on pense à Grace Kelly ou Jeanne Moreau en tenue de soirée, prenant la pose pour un magazine, on croit reconnaître les us et coutumes de l’aristocratie avec ses femmes en robe de couturier et hommes en costumes d’apparat. Rubin n’utilise pas de décors, peut-être un fond coloré par-ci par-là, un bout de collage ou une typographie laissée sur le carton. Ses petits personnages abordent donc des poses sexy, érotiques ou simplement chics mais n’ont pas de visages. Le reste du corps étant personnalisé cela ne choque pas et laisse en fin de compte le loisir d’identifier la personne de son choix.

IMG_2457

Le format carte-postale oblige le spectateur à s’approcher au plus près de la peinture de faire un effort pour y découvrir le graal. Les scènes érotiques sont de ce point de vue les plus attractives, l’imaginaire des photographies porno de la fin XIXe début XXe, de ses petites gravures que les hommes se passaient sous le manteau.

IMG_2451

IMG_2452

Sur des toiles un peu plus grandes Gideon Rubin s’autorise à des portraits plus anonymes et d’enfants. Une partie de son travail est en effet axé sur les enfants et adolescents. En tenues traditionnelles costumes-cravates ou petites robes blanches de classe, au sport (boxe, foot, natation…) les jeunes semblent plongés dans un spleen profond, las, le regard fuyant, tourné vers le bas ou carrément de dos. Son travail fait penser à ceux de Michael Borremans ou Peter Martensen, subrepticement à Goya. Les paysages sont rares, seulement un semblant d’horizon, une maison esseulée, une mer triste. Encore plus étrange et terrifiante est la série des Toy Soldier présentée à Tel-Aviv dans laquelle les enfants sont grimés de masques à gaz. Le conflit israélo-palestinien en écho.

IMG_2463

Les portraits de Gideon Rubin sont une belle découverte dans un univers artistique souvent saturé de pop ou de conceptuel. S’inscrivant dans la tradition picturale d’une peinture des sentiments exubérants, du Caravage à Courbet, l’artiste anglo-israélien donne un nouvel espace bienvenu à la figuration et au portrait à l’image de la française Claire Tabouret.

Antoine Chevasson
Photos Antoine Chevasson, DR

IMG_2456

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :