Fashion Week – Gucci chirurgicalement surnaturel et époustouflant

La Fashion Week milanaise s’est terminée il y a quelques jours laissant la place à celle de Paris mais le défilé Gucci automne/hiver 2019 est encore dans toutes les conversations parisiennes. Il faut dire qu’Alessandro Michele a encore frappé un grand coup dans la fourmilière pourtant toujours inventive de la haute-couture.

Nous ayant habitué à revisiter avec plaisir et envie communicative les imprimés les plus délirants de la marque italienne, le directeur artistique nous a cette fois-ci estomaqués avec un délire indéfinissable ultra coloré servi dans un cabinet chirurgical des plus angoissants et science-fictionnels.

Tout ne fut que spectacle pour les yeux ébahis des invités. Fascination inexplicable a priori. Comment définir le fait de rentrer chez votre dentiste pour en ressortir avec l’impression d’émerger d’un film rétro-futuriste psychédélique et flashy?

Des humanoïdes dont les sacs ne sont rien d’autres que le clone de leur tête guillotinée, des cagoules aux bouches de Joker (Nicholson dans le Batman de Burton), des robes et foulards slaves sur un mono-sourcil Kahlo, un bébé dragon de Poudlard, des imprimés fleuris en veux-tu en voilà, des robes de cocktails classiques associées à des sweats Paramount, des cyborgs souvent androgynes à sequins et chemises ou vestes trop grandes, des yeux maçonniques implantés dans les mains, etc, etc… Whaou!?!?! Un voyage paranormal, extraordinaire et jouissif à travers le monde, un patchwork universalisé, tu viens de vivre.

Star Wars, Le Cinquième Élément, Tim Burton, Wes Anderson, Pedro Almodovar et les meilleurs costumes de série Z du Sundance Festival réunis. Un voyage entre les costumes traditionnels des pays d’Europe de l’Est, un brin de kimono, des pierreries indiennes, des coiffes de rites mongols ou papous, des sweats bien américains, des pulls moches de Noël, des vestes hommes venues de fripes et chemisiers en soie crue très Chanel. Un véritable carnaval surnaturel, burlesque, inventif qui marque les esprits, interroge, émerveille, surprend pour finalement convaincre tout notre petit monde.

Les plus excentriques oseront les cagoules à coiffe de Roi Soleil turquoise ou l’imper transparent raclant le sol, les jeunes se rueront vers les chemises tailles XXL et vêtements brandés NYC, L.A, Paramount, Pussycat et les femmes plus classiques se retrouveront dans les robes de soirée, accessoires, sacs et bijoux.

Une réussite totale.

Antoine Chevasson

Photos Gucci, Vogue, Cosmopolitan, Le Figaro Magazine, DR.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :