Bruxelles – Capitale de l’art contemporain

La foire Art Brussels qui s’est déroulée au mois d’avril vient encore de prouver qu’il faut compter avec la capitale belge dans la cartographie des centres névralgiques de l’art contemporain. Bruxelles bénéficie de sa place centrale, à deux pas de Paris, Londres, Amsterdam, Luxembourg et Cologne mais aussi d’une bonne scène artistique locale et de collectionneurs discrets mais pointus.

Cette année 2018 marque les 50 ans de la foire et l’ouverture de Kanal, nouveau satellite du Centre Pompidou mais l’art contemporain est présent depuis belle lurette outre-Quiévain. Drainant un public venu du Bénélux et des pays limitrophes cherchant à mettre au vert leurs petites fortunes peu taxées, les galeries se multiplient à l’instar des centres d’art et autres fondations privées. Connue pour sa scène artistique basée autour de la BD Bruxelles ne se limite plus aux peintres renaissants flamands, Ensor ou Magritte. En effet, de jeunes artistes talentueux sont propulsés par les galeries et collectionneurs n’hésitant pas à sortir de l’ordinaire, recherchant l’inconnu.

Une faune très créative, collectionneuse et généreuse

Des lieux comme Centrale, Wiels, Le Loft, CAB, Espace Vanhaerents Art Collection, Thalie Lab, Villa Empain – Fondation Boghossian, Charles Riva Collection ou Bozar sont soutenus par des amateurs d’art tels que Frédéric de Goldschmidt, Nathalie Guyot, Hubert Bonnet, le couple Ullens ou Alain Servais. Les galeries Zeno X ou Meessen De Clercq sont dorénavant internationalement connues et les petites nouvelles offrent encore plus de créativité. En septembre, elles font d’ailleurs la fête (Brussels Gallery Weekend), se mêlant aux collectifs, pop-up… Côté formation, La Cambre est l’école d’art par excellence et draine une jeunesse talentueuse.

Aujourd’hui, toute une génération est aux manettes : Jan Fabre, Dirk Braeckman, Luc Tuymans, Wim Delvoye… De nouvelles têtes apparaissent chaque année : Alice Anderson, Matthieu Ronsse, Chaim van Luit, Nicolas Party…

Art Brussels – Le maillon commercial

Tous ces artistes sont présentés dans la halle industrielle Tour & Taxis d’Art Brussels. Cette année anniversaire est d’ailleurs enrichie de petites galeries situées aussi bien dans la chic avenue Louise, à Ixelles et Saint-Gilles que dans l’underground de Molenbeek. De 18% en 2017, le taux grimpe à 32% en 2018. Sans être au détriment des autres pays puisque le nombre de galeries augmente (+36). On retrouvait donc autour des sections Discovery, Prime et Rediscovery les galeries déjà citées mais aussi Office Baroque, Félix Franchon, Albert Boronian, Levy Delval, Super Dakota, Xavier Hufkens ou encore Patinoire royale – Galerie Valérie Bach et Rodolphe Janssen, toutes belges et fières de l’être. Les parisiennes n’étaient pas en reste pour promouvoir des artistes sortant tout juste de l’école. Lamine Rech montrait l’Américain Marcus Jahmal, les Filles du Calvaire Noémie Goudal, Daniel Templon Prune Nourry, véritable phénomène hype. Certaines osaient même défier les belges avec des artistes du plat pays comme Nathalie Obadia découvrant Sophie Kuijken ou Michel Rein Sophie Whettnall. Succès médiatique et financier, Art Brussels tente même de faire de l’ombre à la puissante foire de Cologne se déroulant cette année dans la même période. Ou plutôt tente d’attirer le public plus branché et fan d’expérimentations d’Art Cologne jusqu’à la Grand Place. Deux victimes sont déjà passées sous perfusion. L’américaine Independent est décalée en automne et Art Paris ne fait pas recette. Les petites indépendantes satellites et off ne font guère illusion. Art Brussels est donc un point cardinal du développement belge dans la scène artistique. Les galeries invitées prenant parfois racines dans la capitale royale (Templon, Obadia, Glastone, Dvir…) fleurissant encore plus les prés belges.

Kanal – Quand Beaubourg prend l’accent belge

Située dans une banlieue un peu mal famée mais en voie de gentrification, l’ancien immense garage Citroën de style industriel Baltard et Eiffel à l’abandon depuis l’arrêt de service de la marque aux chevrons se transforme progressivement, à coups de millions rajoutés et de scandales politico-bruxellois, afin de devenir le lieu par excellence de l’art contemporain du Benelux. Si certains y voient (à raison peut-être) une mainmise française arrogante, la direction préfère tempérer en promouvant une direction libre et des expositions indépendantes. Si le quartier fait débat, les collections aussi. Qu’y aura-t-il sous la verrière? Des œuvres du musée parisien, mais aussi des artistes belges et une collection propre. L’exposition de pré-ouverture vient de s’ouvrir dans les gravats. Les travaux devant se terminer en 2021-22 nous en saurons plus dans les mois à venir. En attendant, les musées autochtones sont légions même si aucun n’est véritablement un fer de lance contemporain. Bozar est le plus connu mais le CAB (Contemporary Art Brussels) ou le Mima (Millenium Iconoclastes Museum of Art) valent le détour ainsi que les fondations indépendantes.

Bruxelles – Brassage unique

Les loyers étant moins élevés qu’à Paris ou Londres et Berlin perdant de son aura, les artistes s’installent sous la grisaille ensoleillée de Bruxelles. La capitale privilégie un art de vivre apaisé, tranquille où les traditions bon enfant et bières-frites côtoient la bourgeoisie décontractée et les hipsters vegans. La curiosité et la différence font parties intégrantes du savoir-vivre belge. La fiscalité est un autre atout non négligeable que la France ferait bien d’imiter. Collectionner est une passion normale pour les riches bruxellois. Ils aiment faire partager leurs goûts au travers de leurs fondations, workshops, ateliers d’artistes et événements. Bruxelles bénéficie de son statut de capitale européenne pour attirer une population venue des quatre coins du globe. Cela crée un brassage unique, une effervescence bienvenue donnant à Bruxelles ses nouvelles lettres de noblesse.

Antoine Chevasson

Photos DR

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :